Attirance féminine

Avant de partir en vacances, je suis allée faire ma prise de sang trimestrielle. Comme chaque mois de juillet, la salle d’attente est bondée et il me faut patienter une demi-heure avant de me faire prélever. Pendant que j’attends l’appel de mon numéro, je me remémore 2 années plus tôt, j’étais assise sur une des chaises d’en face. Alors que je patientais, carte vitale et ordonnance en main, instinctivement je sentis qu’on m’observait. Je tournais la tête vers la gauche en direction de la salle d’attente pour le prélèvement. Par-delà les guichets, j’aperçus une préleveuse d’une trentaine d’années que je n’avais jamais vue auparavant. Elle soutint mon regard quelques secondes puis elle se dirigea vers la pièce pour appeler le patient suivant, me laissant un peu perplexe et je dois bien l’avouer un peu troublée également. Je me surpris à guetter son retour parmi le balai des préleveuses et lorsqu’elle apparut, elle glissa à nouveau un regard dans ma direction avant d’appeler une nouvelle personne. J’en profitais pour la détailler un peu. Peut-être un peu plus petite que moi, la peau mate et les cheveux frisés sur les épaules, elle venait probablement en renfort pendant la période estivale. Elle avait un joli visage, des traits fins, mais je n’arrivais pas à déceler dans son regard une quelconque expression qui me guiderait. J’éprouvais une drôle de sensation, un mélange d’incertitude, de curiosité et d’excitation.

Mon numéro fut appelé et après un rapide passage au guichet pour la partie administrative, je me dirigeais vers la seconde salle d’attente. D’ordinaire je passe mon temps d’attente à pianoter sur mon smartphone. Là, J’observais l’ordre de passage, je comptais les personnes autour de moi, cherchant à découvrir si le sort me ferait passer entre les mains de la jeune femme. Je la vis revenir chercher des patients à 3 reprises mais à chaque fois elle gardait les yeux rivés sur son papier puis faisait demi-tour dès que le patient reconnaissant son nom de famille faisait mouvement dans sa direction. J’aurais aimé croiser son regard une nouvelle fois pour y capter une émotion.

Les préleveuses se succédaient appelant les personnes autour de moi les unes après les autres. Trop déstabilisée par la situation, je m’étais très rapidement perdue dans mes spéculations si bien que j’avais abandonné toute supposition, guettant simplement l’appel de mon nom.

Lorsqu’elle apparut pour la quatrième fois devant la salle d’attente, elle prononça mon nom de famille de sa douce voix. Hasard ou inversion de dossiers ? Je me levais et lorsque je débouchais dans le couloir, elle me tournait déjà le dos marchant en direction des salles de prélèvement. Elle pénétra dans la seconde salle sur la gauche et je lui emboîtais le pas, fermant la porte derrière moi. Elle avait déjà rejoint sa table pour préparer le prélèvement. Je posais mon sac avant de m’asseoir sur le fauteuil.

Le bras droit posé sur l’accoudoir attendant de se faire piquer, je l’observais alors qu’elle me tournait le dos, s’affairant à étiqueter les tubes. Elle m’avait semblé plus déterminée lorsqu’elle m’avait observée depuis la salle d’attente, désormais elle paraissait complètement inhibée. Peut-être m’étais-je fourvoyée sur ses intentions, je n’étais plus du tout sûre de moi. Elle vérifia les informations en me demandant mon nom et ma date de naissance. Je cherchais un sujet pour entamer la conversation mais son attitude un peu déroutante ne me permit pas de me lancer. J’avais la gorge nouée, la situation m’intimidait, je crois. J’étais surprise, très surprise qu’une femme me regarde comme cela, ça ne m’était jamais arrivé jusqu’alors.

Il se dégageait une sorte de tension dans la pièce. Sans que nous n’échangions aucune parole, l’ambiance était pesante. Elle vint vers moi une première fois pour mettre en place le garrot, absorbée dans sa tâche semblait-il. Lorsqu’elle s’approcha la seconde fois, munie de l’aiguille, je détournais la tête vers la gauche par réflexe. Je n’aime pas regarder l’aiguille entrer dans ma veine. Elle le fit avec dextérité et douceur si bien que je ne sentis quasiment rien. Elle retira l’aiguille et déposa un coton sur la piqûre puis elle retourna vers sa table, évitant soigneusement de croiser mon regard. Je maintins le coton de mon index. Elle découpa un morceau de scotch pour venir fixer le coton. Je ne me souviens même plus si nous nous sommes saluées lorsque j’ai quitté la pièce. En tout cas nous avons échangé le strict minimum. D’habitude j’entame toujours la discussion avec la préleveuse ou le préleveur, que ce soit au sujet du temps ou des raisons qui m’amènent à pratiquer régulièrement une analyse sanguine. Je ne l’ai jamais revue, pourtant je la guette… tous les 3 mois.

Tellement de questions restent sans réponse. Pourquoi n’osait-t-elle plus me regarder ? Par timidité ? par honte ? Peut-être n’a-t-elle perçu aucun trouble chez moi. Pourquoi ce silence ? Elle attendait peut-être un signe de ma part. Peut-elle était-elle surprise ou déstabilisée, tout comme moi, par cette attirance subite et inattendue.

Je n’ai pas vraiment d’expérience homosexuelle bien que cela me tente. A deux reprises, j’ai échangé des caresses avec des femmes lors de rencontres entre couples. Mais je suis un peu restée sur ma faim. J’aurais aimé quelque chose d’un peu plus passionnel, enflammée, je n’avais pas vraiment d’attirance pour ces femmes au final. Quand il s’agit des hommes cela ne me dérange absolument pas. Je prends du plaisir sans être séduite, c’est la situation qui m’excite.

Lorsque je me repasse la scène de cette rencontre dans ma tête, j’ai des flashs : elle plaquée contre le mur, moi sentant son corps contre le mien, nos lèvres qui s’effleurent, nos langues qui se mêlent, une envie impérieuse de caresser son corps. Voilà à quoi pouvait ressembler la tension présente dans cette pièce et que nous n’avons pas libérée.

Chronik

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :